Être en bonne santé, c’est une grâce !

Mains
Mercredi 22 avril 2015

Les mains : leurs os, muscles, nerfs et vaisseaux sanguins

Reliée à l’avant-bras par le poignet, la main est un organe humain situé à l’extrémité du membre supérieur. Elle est composée de cinq doigts (le pouce, l’index, le majeur, l’annulaire, et l’auriculaire), d’une face palmaire (la paume) et d’une face dorsale ou le dos de la main.

Caractérisé par une parfaite agilité, cet organe du corps humain a une fonction tactile et préhensile. Elle dotée d’une structure anatomique complexe constituée d’un squelette, d’une série de muscle et de tendons et d’une diversité de nerfs et d’artères.

L’architecture osseuse de la main

Le squelette de la main est constitué de nombreux petits os : les carpes, les métacarpes et les phalanges.

Les os du carpe, au nombre de huit (8), forment le squelette du poignet. Ils relient l’avant-bras à la main. Ces os sont disposés sur deux rangées de 4. La rangée postérieure est composée du scaphoïde, du semi-lunaire, du pyramidal et de l’os pisiforme.

Quatre (4) os forment également la seconde rangée : le grand os, l’os crochu, le trapèze et le trapézoïde.

Les métacarpes (ou le squelette de la paume de la main), sont composés de cinq (5) os longs. Formés d’un corps, d’une extrémité proximale et d’une extrémité distale, les métacarpiens ou les os du métacarpe, sont connectés à chaque doigt. Ils sont situés entre les os du carpe et les phalanges.

Les 14 phalanges qui forment le squelette des doigts de la main sont reparties comme suit : deux au niveau du pouce et 3 dans les autres doigts. Ces longs os sont caractérisés par une base, un corps et une tête.

Au total, la main possède vingt sept (27) os.

Les muscles et les tendons des mains

La main humaine est constituée de deux catégories distinctes de muscles : les muscles intrinsèques et les muscles extrinsèques.

Les premiers, localisés sur la face palmaire, sont des petits muscles qui ont une origine et une terminaison limitées à la région de la main. Ils contribuent au raffinement et à la précision des mouvements des doigts. Ce groupe musculaire est constitué de muscles interosseux facilitant l’écartement et le rapprochement des doigts, de muscles thénariens qui agissent sur le pouce, de muscles hypothénariens qui favorisent la mobilisation de l’auriculaire et des muscles lombricaux permettant la flexion de l’articulation métacarpo-phalangienne et l’extension des articulations inter-phalangiennes.

Les seconds, les muscles extrinsèques, qui sont situés dans l’avant-bras, s’insèrent sur les os des doigts et agissent ainsi sur les articulations des doigts. Ils favorisent la mobilité de la main. On différencie dans ce groupe musculaire, les muscles fléchisseurs et les muscles extenseurs.

Reliant les muscles aux os, les tendons, de couleur blanche, sont des tissus fibreux. Certains, notamment, les tendons extenseurs sont situés sur la face dorsale de la main et contribuent à l’extension des doigts. D’autres, situés au niveau de la paume de la main, en l’occurrence les tendons fléchisseurs, permettent de plier les doigts.

Les nerfs et les artères des mains

L’innervation de la main est assurée par trois nerfs : le radial, le médian, le cubital. Ils contribuent à la contraction et à la décontraction de la main (innervation motrice), à la perception fine des doigts et permettent de ressentir ainsi la douleur, la chaleur (innervation sensitive).

De façon spécifique, la sensation au niveau de la face dorsale de la main, est sous la dépendance du nerf radial qui innerve, par ailleurs, la peau du dos de la main et les muscles extenseurs des doigts. En innervant les muscles de la main, le nerf médian assure la flexion des articulations et la sensibilité d’une grande partie de la paume. Quant au nerf cubital qui innerve les muscles interosseux et hypothénariens, il confère une sensibilité à l’auriculaire et facilite l’écartement et la stabilisation des doigts.

Le flux vasculaire des mains est assuré par deux principales artères : l’artère radiale et l’artère cubitale. Palpable au niveau du poignet, l’artère radiale irrigue les muscles de la base du pouce et la partie externe de l’index. Comparée à l’artère radiale, l’artère cubitale est caractérisée par un calibre plus volumineux. Elle transmet le sang oxygénée vers la main.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.