Être en bonne santé, c’est une grâce !

Santé en ligneDiagnosticAnalyses in vitroDépistage de la trisomie 21
Dépistage de la trisomie 21
Mardi 21 avril 2015

Le dépistage de la trisomie 21

Le dépistage de la trisomie 21 regroupe les analyses de sang et les mesures échographiques. Ces tests sont réalisés généralement durant le premier trimestre de la grossesse. Ils peuvent être accompagnés par d’autres tests pour s’assurer de la présence effective du trouble chromosomique.

Désignée par le nom de syndrome de Down, la trisomie 21 est l’un des dysfonctionnements chromosomiques les plus récurrents. La majorité des enfants atteints présente généralement un retard intellectuel ou des troubles de santé. Ces défauts peuvent être corrigés par un suivi médical spécialisé et permettre ainsi à l’enfant d’avoir une vie normale.

Les troubles de santé liés à la trisomie 21

La trisomie 21 s’accompagne parfois de problèmes de santé. Ainsi, un enfant atteint de trisomie 21 peut souffrir de myopie, de cataracte, de surdité, de troubles cardiaques ou digestifs. Plus de la moitié des nouveaux nés ayant une trisomie 21 ont une malformation cardiaque et moins de 10 % d’entre eux sont susceptibles d’avoir une malformation gastro-intestinale. Si ces enfants subissent une intervention précoce, ces maux peuvent être réduits. Le dépistage de la trisomie21 peut se faire à l’aide de plusieurs méthodes.

Les différents tests de dépistage de l’affection

Pour dépister la trisomie 21, il est possible de faire soit des analyses de sang ,soit une échographie afin de mesurer la clarté nucale.

L’analyse de sang

Cette analyse se fait la plupart du temps en deux étapes. Tout d’abord, le sang est prélevé entre la 10ème et la 13ème semaine au cours du 1er trimestre de la grossesse. Ensuite, le sang est ponctué durant le deuxième trimestre de la grossesse c’est-à-dire entre la 14ème et la 16ème semaine. En fonction des cas, il est possible de faire qu’un seul prélèvement. Cependant, l’analyse ne sera pas aussi objective que celle qui est réalisée avec deux échantillons. Les analyses tenteront de révéler la présence de l’anomalie chromosomique dans le sang de l’enfant à naitre.

L’échographie

Pour la mesure de la clarté nucale du fœtus, il faut effectuer une échographie entre la 11ème et la 13ème semaine de grossesse. La mesure de la clarté nucale est simple à réaliser. Il s’agit de noter la distance qui sépare la peau du cou et la colonne vertébrale du fœtus. Si la distance est anormalement grande, il est possible que le fœtus soit atteint de trisomie 21. En effet, les enfants ayant la trisomie 21 ont la particularité d’avoir un pli cutané de la nuque plus large. Pour s’assurer de la présence de l’affection, cet examen est parfois associé avec les analyses de sang.

L’interprétation des résultats

Les résultats obtenus à la suite des examens sont donnés sous forme de probabilités. Ces résultats tiennent compte de l’âge de la patiente ainsi que des différents tests réalisés. En effet, les chances d’avoir un enfant atteint de trisomie sont accrues lorsque la mère a un âge avancé.

Les résultats du dépistage de la trisomie 21 ne renvoient jamais des probabilités nulles. Les chances peuvent donc être faibles ou élevées. En cas de faibles probabilités, il n’est pas impossible que l’enfant soit tout de même atteint du trouble chromosomique. Une probabilité élevée peut signifier la présence du syndrome. Cependant, la possibilité que l’enfant soit sain doit être prise en compte. En fonction des cas, il est donc possible que d’autres tests soient prescrits. Le médecin traitant peut donc avoir recours à une amniocentèse pour s’assurer de la présence d’une trisomie 21.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.