Être en bonne santé, c’est une grâce !

Epival
Jeudi 14 mai 2015

Epival, antiépileptique thymorégulateur efficace

Autorisé et commercialisé en Inde, Epival est un anticonvulsivant administré par voie orale. Le divalproate de sodium, son principe actif, est un dérivé de l’acide valproïque. En neurologie et en psychiatrie, ce médicament permet de traiter avec succès l’épilepsie et le trouble bipolaire. Epival est bien toléré par certains malades mais il peut provoquer des effets indésirables chez d’autres patients avec l’apparition des troubles du système nerveux ou des troubles gastro-intestinaux.

En épileptologie, Epival est approuvé pour le traitement de certains troubles épileptiques. A ce titre, il est classé dans la classe thérapeutique des antiépileptiques ou anticonvulsivants. Seul ou en combinaison avec un autre traitement épileptique, il est utilisé en vue de traiter les cas d’épilepsie généralisée caractérisée par des crises tonicocloniques ainsi que les crises d’absence.

En psychiatrie, Epival est un antiépileptique qui est utilisé pour ses effets thymorégulateurs. Il est administré aux sujets âgés de 18 ans et plus, dans le cadre de la gestion thérapeutique du trouble bipolaire. Agissant comme un régulateur de l’humeur, il est prescrit en vue traiter les épisodes maniaques associés à ce trouble psychiatrique.

Contre-indications

La prescription d’Epival est contre-indiquée en présence des cas d’hypersensibilité au divalproate de sodium, à l’acide valproïque et aux excipients intégrant la composition de ce médicament. Une pathologie hépatique ou un important dysfonctionnement hépatique, une anomalie du cycle de l’urée, des pathologies mitochondriales, constituent, également, des contre-indications. Epival ne doit pas être administré aux patients affectés par une porphyrie avérée.

Précautions d’emploi

Dans le cadre du traitement de l’épilepsie, Epival doit être administré avec beaucoup de prudence au sein de la population gériatrique, en particulier, les personnes âgées de plus de 65 ans. Cette prudence doit être de mise, au sein de la population pédiatrique, en l’occurrence les enfants âgés de moins de 2 ans.

En ce qui concerne le traitement de la manie, ce médicament ne doit pas être utilisé par les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une méthode de contraception efficace pendant le traitement. La prise d’Epival durant la grossesse présente un risque de malformations congénitales chez le fœtus en développement. Les femmes qui tombent enceintes ne doivent pas arrêter brusquement le traitement.
Aussi, les femmes allaitantes ne doivent pas prendre ce médicament qui passe dans le lait maternel.

En raison des risques de somnolence, les patients ne doivent pas conduire un véhicule ou faire fonctionner une machine dangereuse jusqu’à ce qu’ils sachent comment ce médicament les affecte.

Pour éviter les interactions médicamenteuses, Epival ne doit pas être utilisé en association avec les anticoagulants, les benzodiazépines, la carbamazépine, les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS).

Effets secondaires

Les effets secondaires incommodants les plus fréquents sont les troubles gastro-intestinaux tels que l’indigestion, les diarrhées, les vomissements. Ils sont passagers et surviennent, généralement, au début du traitement ; ils ne nécessitent pas un arrêt du traitement. Les troubles du système nerveux, sont caractérisés par des étourdissements, les vertiges, les troubles de la coordination. Des éruptions cutanées, un prurit généralisé au niveau de la peau ainsi que des troubles cardiaques, notamment la bradycardie, peuvent également, apparaître au cours du traitement.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.